Plateau Mont Valerien


FAIS CE QUE JE TE DIS ET NE FAIS PAS CE QUE JE FAIS

C’est à Votre Majesté qu’il appartient de donner à ses pareils de si utiles leçons.

Lettre au roi de Prusse, 15 décembre 1774.

Citations de Jean le Rond d’Alembert 

Marre des donneurs de leçons.

Mardi 2 février 2011 à 20heures et des poussières, Salle de la source

Le maire adjoint aux sports, et la petite enfance, aucunement concerné, s’est invité à cette réunion publique ayant pour objet l’aménagement de la rue des alouettes au Mont Valérien à Nanterre.

Au cours de la soirée plusieurs sujets ont été abordés dont celui des incivilités ; ce maire adjoint prétend que les rues ne sont pas dangereuses et que c’est à charge des parents d’éduquer leur progéniture, ensuite il s’est lancé dans une longue diatribe en fustigeant les mauvais conducteurs et les propriétaires de pavillon qui rechignent à rentrer leurs véhicules dans leur garage en les traitant « d’abrutis », il a réitéré à plusieurs reprise ce terme devant une assistance médusée.

Ce maire adjoint habite une résidence sécurisée et dispose d’un garage et d’une cour qui peut accueillir tous les véhicules des résidents.

Pour les besoins de ses activités d’élus, il dispose d’un C4 Picasso qu’il stationne sur la voie publique.

Alors avant de faire la leçon à la population, on balaie devant sa porte.

FAIS CE QUE JE TE DIS ET NE FAIS PAS CE QUE JE FAIS

Akim KOCEIR

 img01037201102051430.jpgimg01029201102051428.jpgimg01031201102051429.jpgimg01033201102051429.jpgimg01035201102051429.jpgimg01040201102051430.jpgimg01037201102051430.jpgimg01038201102051430.jpgimg01039201102051430.jpgimg01041201102051430.jpg


Le bulletin d’adhésion 2011 à votre association est à votre dispositionhappy.jpg doc bulletindadhesion2011.doc


Tout est beau, tout est parfait dans les rues de Nanterre

La Une de Nanterre Info N° 350 de décembre 2010

Scène idyllique de la vie quotidienne à Nanterre/Seine, pardon, Moscou sur Moskova ou Berlin/Sprée, Prague/Vlatava, Pékin/Hai ou Pyongyang  sur Taedong

Cette photo digne de la propagande communiste des années 50 ne trompe personne.

Une mise en scène grossière, chaque acteur tient bien son rôle et le casting a été bien pensé chacun sa place (choix minutieux des acteurs). Je m’attarderai cependant sur le quadra qui pousse la poussette et je mettrai ma main au feu qu’il n’y a même un bébé dans cette dernière. La mise en place des figurants est figée mais presque parfaite.

Par cette parodie, la municipalité tente de nous faire croire que l’espace public à Nanterre est bien partagé. Nos édiles bien sûr ne savent pas qu’à partir de 19 heures, tous les trottoirs et pistes cyclables de Nanterre sont encombrés par les voitures. Les automobilistes répondent de cette manière à la politique discriminatoire de la mairie qui, fait la chasse à l’automobiliste. L’érection systématique de potelets  le long des trottoirs de la ville (succédané de la présence d’une force de police municipale) est le principal vecteur de cette pagaille arrivé le soir. Un manque d’estime évident de la part de nos élus envers cette population qui utilise ce moyen de transport, faute d’alternative.

nanterreinfo.bmp

Dans ce numéro de Nanterre Info, hors du temps, la mairie reprend les thèses et revendications de notre association. Point par point, elle nous démontre que nos préoccupations sont bien réelles et légitimes mais reste sourde et campe dans un mépris insupportable.


L’Association de Défense des Intérêts des Habitants du Quartier Plateau – Mont Valérien

vous souhaite d’excellents moments de plaisir et de joie pour ces retrouvailles familiales ou amicales..|_★…★ * *●•٠·
….>, »< ★...★...★* __Π___
˛ *__Π ___*。* ˚ ˚ /______/~\ 。
...*/______/~\˛ ˚ |田田 |門| ˚
|田田 |門| ˚
Bonnes fêtes de fin d’année!!!♥♥

nouvelleimage28.bmp


Lettre d’information N°2 – Décembre 2010

Dépôts sauvages de déchets : les habitants en ont assez de voir leur quartier souillé!   

Les passants et surtout les habitants du quartier sont excédés par les dépôts permanents d’immondices de toute sorte à l’angle de l’avenue Félix Faure et de la rue des alouettes. Certains dépôts sauvages comme celui là existent déjà depuis fort longtemps (angle rue de Belfort et rue de Suresnes, angle rue des alouettes et rue Philipe Triaire, angle avenue Félix Faurerue Baixas… il serait fastidieux et long d’énumérer tous les dépôts sauvages sur le seul quartier du Plateau), les habitants n’acceptent pas cette fatalité. Année après année ils se plaignent, font des pétitions, écrivent à la mairie, mais les dépôts perdurent. Lors de la visite du maire en novembre, les membres de notre association lui ont montré le tas d’ordure  de l’avenue Félix Faure, il a pris notes et fait prendre des photos. Depuis le dépôt n’a pas bougé et semble avoir un bel avenir devant lui !

Nous souhaitons vivement que les habitants nous fassent remonter tous les problèmes qu’ils rencontrent sur le quartier ou dans leur rue, nous interpellerons la municipalité par courrier recommandé pour l’ensemble des doléances.

Rue de Garches : un réaménagement qui ne passe pas !

Lors des réunions de concertation du 17 juin 2009 et 1er octobre 2009, les habitants avaient déjà largement exprimé leurs craintes quant aux dangers de la circulation et aux problèmes de stationnement (les comptes rendu sont encore consultables sur le site de la mairie).

En novembre 2010, les travaux sont achevés et les habitants ont vu leurs craintes devenir réalité ! Preuve que les réunions de concertation n’ont parfois de concertation que le nom ! Il suffit d’aller faire un tour rue de Garches pour se rendre compte de la situation : des vitesses excessives qui mettent en dangers les enfants, des voitures mal garées sur les trottoirs et sur les pistes cyclables, des habitants excédés qui tentent se garer dans les rues adjacentes encombrées (rue des Chailliers, rue du Calvaire), les aménagements ont été tellement bien pensés par les services techniques de la mairie que les bus mordent sur la piste cyclable quand ils se croisent. Les habitants demandent à la mairie le rétablissement, voire l’accroissement des places de stationnement et la construction de casse-vitesse.

Notre association de quartier prend en charge une démarche collective et concertée des riverains pour exiger de la mairie des modifications ou des réajustements des aménagements.

Stationnement rue des alouettes, rue Yves Saudmont, rue de Suresnes, rue de Belfort, rue Philippe Triaire, rue des Luaps Prolongée…

Depuis les récents travaux rue de Suresnes (réaménagement) et rue des alouettes (quatre places de stationnement supprimées en début de rue et disparition du parking de l’ancienne Poste), les conditions de stationnement se sont dégradées dans l’ensemble du quartier. C’est mathématique : si on supprime du stationnement dans une rue, il se reporte automatiquement sur les autres rues qui ne sont pas en mesure de l’absorber. M. Debord (maire adjoint chargé de l’espace public) s’était engagé  par écrit  pour l’organisation d’une réunion de concertation pour le mois d’octobre, le maire en a promis une pour novembre lors de sa visite dans le quartier: Ces réunions n’ont pas eu lieu.

C’est maintenant que les habitants ont intérêt à se mobiliser afin de ne pas se retrouver devant le fait accompli, une fois les budgets et travaux planifiés. Les riverains rue de Garches en font l’amer constat.

Le stationnement à Nanterre ? Ce que dit le PLU (Plan Local d’Urbanisme)

A chaque réunion de quartier la mairie nous répète que la loi impose des largeurs minimales pour les voies de circulation (3 mètres), les trottoirs (1,40m). Elle cite également le PLU (élaboré en partie par la commune), la mairie nous indique que le vélo doit devenir une véritable alternative à la voiture ! Elle utilise ces deux arguments pour couper court toute discussion avec les habitants désireux d’utiliser leur voiture et de pouvoir stationner !

Pourtant, lors de la réunion de quartier de novembre, la mairie a aussi indiqué que certaines villes voisines ont écouté l’avis des citoyens et ont fait le choix de ne pas appliquer cette loi, ou ont essayé de trouver des aménagements pouvant satisfaire la majorité. C’est donc la preuve que l’argumentation de la mairie ne tient pas : si on le veut on peut écouter les habitants et sauvegarder le droit au stationnement !

La mairie dit également que si les places de stationnement sont supprimées, les habitants pourront se garer dans des parkings publics payants (ex : parking rue de Suresnes). Lors de la réunion de quartier La Boule- Champs Pierreux, un habitant a fait remarquer que l’alternative des parkings publics payants proposé par la maire risquait de pénaliser les plus pauvres, qui en ses temps de crise ne peuvent pas se permettre de dépasser leur budget ne serait-ce de 10 euros.

Marie- Claude Garel, conseillère municipale, a répondu « qu’une voiture a un coût qu’il faut assumer !  Les automobilistes paient bien l’essence qui est chère alors pourquoi ne pourraient-ils pas payer le parking ? si on a une voiture, on ne doit pas commencer à compter 5 ou 10 euros ! »  Nul doute que ceux qui ont besoin de leur voiture pour aller travailler, emmener leurs enfants à l’école, accompagner une personne dépendante ou aller faire leurs courses apprécieront !!

Actualité de l’association :

Les membres de l’association vont régulièrement à la rencontre des habitants qui apprécient beaucoup qu’une association s’intéresse à leurs problèmes quotidiens. Lors de ces échanges les problèmes de stationnement, de dépôts d’ordures, et de dégradation de voitures ou de biens nous sont signalés. Les habitants constatent que les démarches isolées vis-à-vis de la mairie sont souvent ignorées. En faisant passer l’ensemble de ces requêtes via une association représentative du quartier ces démarches auront beaucoup plus de poids vis-à-vis de la mairie.

L’association assiste à tous les conseils de quartier ou réunions spécifiques sur le Plateau / Mont-Valérien et rédige des compte- rendu indépendants. Vous pouvez les retrouver sur le site de l’association ou sur simple demande par mail.

 

Contactez l’association / informez vous / réagissez :

Retrouvez l’association et les dernières nouvelles, réagissez à l’actualité, faites nous part de vos commentaires, remontez les informations ou les problèmes du quartier Plateau / Mont-Valérien, faites vivre votre association.                                                          

  @ mail: adihq.pmv@laposte.net.

 Site: adihq.unblog.fr              

 Facebook : Nanterre-Le Plateau Mont Valérien

 

L’Association de Défense des Intérêts des Habitants du Quartier Plateau / Mont-Valérien, votre association, vous souhaite de bonnes fêtes de fin d’année !

logoetsignasso.bmp


Conseil de quartier La Boule–Champs Pierreux

Compte rendu réunion de quartier  La Boule – Champs Pierreux

24.11.2010 19h30

Thème de la réunion annoncé par la Mairie :

1) Présentation d’une étude de stationnement menée dans le quartier, par la direction des services de l’infrastructure.

La ville de Nanterre a confié au cabinet SARECO une étude sur le stationnement, entre la place de la Boule et le parc d’activité des Champs Pierreux, dans un secteur faisant l’objet de mutations importantes, avec la construction de plusieurs résidences ; et se trouvant également concerné par des projets d’aménagements de voirie. La mission de ce prestataire a été de travailler, à partir d’éléments de compréhension objectifs, sur le fonctionnement du stationnement dans le quartier afin de proposer des mesures d’organisation du stationnement en vue de répondre à des problèmes éventuels.

2) Etat des lieux du fonctionnement de la rue Abbé Hazard (cohabitation entre les différents usagers, stationnement, propreté…).

Lors de la dernière réunion du collectif d’animation, des habitants de la rue Abbé Hazard ont évoqué des difficultés persistantes concernant la circulation, le stationnement, le bruit et la propreté aux abords de ce périmètre. En présence de Marie-Claude Garel, conseillère municipale, conseillère générale et présidente de l’Office municipal H.L.M. et de Didier Debord, adjoint au maire, délégué à la gestion de l’espace public, nous évoquerons, ensemble, la problématique de ce secteur.

Compte rendu :

1er partie

-Environ 25 habitants présents, et une dizaine de représentants de la Mairie.

-Jean Grillot, responsable de la direction des infrastructures de la ville intervient en premier pour présenter les conditions de stationnement dans le quartier.

-Méthodologie employée : comptage jour/nuit sur voirie et dans les garages privés. Interview de 180 résidents, rencontres OPHLM et syndics d’immeubles.

-Périmètre : Champs Pierreux, av G Clémenceau, Juliot Curie, résidence Carrier,..

- Offre publique sur  le secteur : environ 400 places règlementaires. Zone jaune : 62, zone verte 131, zone alternée 50, zone non réglementée rouge : 156, places handicapés :6

- stationnement alterné non signalé av Fontaine de Rolle et rue de la Cote

- dans la zone non règlementée ça ne se passe pas bien. Pendant la journée on a 11 voitures pour 10 places, 1 voiture sur 5 est en stationnement interdit ; effet de saturation et habitude de l’interdit : 10 à 20%. La nuit c’est très chargé : 6 voitures pour 5 places autorisées en moyenne ;

- dans la zone règlementée ça se passe bien ;

- taux de motorisation : 0.79 voiture par ménage (0.84 sur l’ensemble de la ville), comparaison petit nanterre : 0.6, mont valérien : 1.7    

- dans la zone pavillonnaire : 0.9 voiture  place par logement, 10% des ménages ne peuvent pas se garer

Taux de motorisation élevé : 1.3 par ménage

-immeuble France habitation(près de la Boule) : 0.5 place par logement, taux motorisation : 0.7

- résidence ophlm des carriers : 268 logements, 268 parkings, 0.9 voiture par ménage, 80 places vides dans la nuit. Commentaires de l’assistance : les parkings ne sont pas sécurisés, les gens ne se garent plus dedans.

- dans les résidences récentes (av Sadi Carnot) : 1 place par logement, 1 voiture en moyenne par habitant, problème : certains habitants ont 2 à 3 voitures d’autres aucunes ;

- gpe scolaire Joliot Curie : 10 places pour 20 employés

- 2 points sensibles : stationnement rue Abbé Hazard (LIDL) et stationnement en épis rue Sadi Carnot

- pistes de solution proposées par la mairie: stationnement alterné (possible que si respecté), extension du stationnement payant, extension du parking rue de Neuilly, mutualisation des places privées non louées dans les résidences : ce qui implique une organisation des habitants compliquées, « mais la mairie n’a pas vocation à organiser ce type de mutualisation ».

- enquête menée auprès des habitants. Ce qui en ressort : une perception négative du stationnement. Ce qui pourrait inciter les habitants à moins utiliser la voiture : un tramway, plus de bus, plus de pistes cyclables, des stationnements pour vélo( !!)

- projets de la mairie : lors de la réhabilitation du lycée Joliot Curie créer des places de parking souterraines, faire passer le tramway par l’avenue Joliot Curie, le T1. Rénovation avenue Sadi carnot et avenue Clémenceau.

Réaction des habitants :

 - une dame intervient pour dire que le problème de stationnement existe depuis que le stationnement est payant dans le centre ville : les voitures viennent se garer plus loin où les places sont gratuites. Il y a des problèmes de voitures-tampon.

- rue de la côte le garage Toyota squatte le trottoir. Les familles ont le plus souvent 2 voitures, rendre le stationnement payant ou le supprimer n’a pas de sens. Pourquoi ne pas faire des tours de parking, comme cela existe dans d’autres villes. Projet à Nanterre Université ?

- intervention d’un habitant à propos de la zone Champs Pierreux : il y a de plus en plus d’habitants et on n’arrive plus à stationner. Comme seule réponse la mairie installe des potelets et le maire dit « prenez votre vélo ». « Les adjoints de la mairie se baladent en voiture avec chauffeur et demandent aux habitants de prendre leur vélo ».

- réaction consternante de Julien Sage: il se met en colère et répond de façon très agressive à l’habitant en le tutoyant « tu n’as pas le droit de nous traiter de nantis, les adjoints n’ont pas de chauffeur, je n’ai même pas de voiture, je me déplace en vélo ! ».(ce qui est faux, plusieurs personnes l’on vu conduisant sa voiture de fonction) Au moment où un participant à la réunion cherche à intervenir pour la seconde fois: « tu viens pour la première fois, tu n’es pas du quartier et tu prends tout le temps la parole » suivi de « J’en ai marre ! Merde !». L’assistance consternée réagit très mal « vous n’avez pas à nous tutoyer, un peu de respect pour les habitants, un élu ne se comporte pas de la sorte ! ». M C Garel qui est arrivée en retard, intervient pour calmer la situation.

2ème partie : rue Abbé Hazard

Constat : le stationnement est chaotique, les habitants ne peuvent parfois plus entrer dans leur parking ou circuler normalement dans la rue, depuis l’arrivée du magasin LIDL. Les clients stationnent n’importe comment et le camion de livraison gêne quand il se gare dans la rue. En plus le carrefour est dangereux pour les enfants car les voitures circulent n’importe comment.

Lors de la commission départementale la mairie avait pensé que LIDL allait garer son camion dans l’entrée livraison prévue à cet effet. Mais le camion est trop grand pour l’entrée de livraison, il est donc obligé de stationner à l’extérieur. En plus la mairie pensait que les quelques places de la rue et du parking rue de Neuilly suffiraient à absorber le stationnement des clients !  La mairie s’est retournée vers la direction du magasin qui semble assez curieusement géré, et vers la direction de LIDL France, pour demander à résoudre le problème du camion de livraison et rénover l’espace devant le LIDL qui appartient à la mairie. Mais c’est un bras de fer de longue durée. La mairie n’y peut rien d’après Julien Sage. Que se soit sur les constructions nouvelles dans le quartier (qui augmentent le nombre de véhicules) ou l’installation de magasins, la mairie n’a pas de pouvoir de décision. Comme elle n’a pas de budget pour préempter tous les terrains pour faire du logement social, elle est obligée d’accepter le dictat du privé.

A ce moment de la soirée les représentants de la mairie semblent  ne pas pouvoir proposer de solutions et attendre que les habitants proposent des choses ! Situation très cocasse où vous avez trois maires adjoints hébétés en panne sèche d’idées et qui attendent benoitement des idées ou des suggestions de la population,  un ange passe…

On croit rêver, c’est eux les élus, les décisionnaires et c’est la population qui doit apporter le grain à moudre.

Une vraie équipe d’incapable, des bras cassés.

M C Garel se lance dans un discours contre les voitures, en disant qu’il est indispensable d’en réduire le nombre en supprimant les places de stationnement, et propose l’instauration de parkings payants avec abonnement. Un habitant fait remarquer que certains n’auront pas les moyens de payer un parking avec abonnement, « avec la crise 5 ou10 euros de plus ou de moins dans le porte monnaie font parfois une grosse différence pour des gens pauvres ».

M C Garel persiste dans son discours anti automobile et lance une réflexion digne d’une idéologie ultra libérale sur le pouvoir d’achat : « une voiture ça a un coût qu’il faut assumer. Les automobilistes paient bien l’essence qui est chère alors pourquoi ne pourraient-ils pas payer le parking ? si on a une voiture ne doit pas commencer à compter 5 ou 10 euros ! »

Les habitants commencent à proposer des solutions qui ne semblent pas convenir à la mairie : installer une barrière à l’entrée de la rue, comme dans les Tours Aillaud- accès vers Arlequin (privatisation de l’espace public selon M.Debord), faire passer la police municipale (elle n’existe pas précise M.Debord).

Finalement M. Debord propose le choix entre supprimer tout le stationnement (les habitants sont contre) et installer des arceaux ou des GBA pour empêcher le stationnement à certains endroits.

Un habitant intervient et propose à M. Debord de commencer par supprimer le stationnement face à l’espace de livraison du camion, car c’est ce qui gêne le plus la circulation et d’étudier le résultat. Cela semble satisfaire la majorité des habitants. Cet habitant demande ensuite à M.Debord de s’engager sur une date, ce qui semble beaucoup le gêner, et il cherche à esquiver.  Devant l’insistance de l’habitant il finit par lâcher qu’il s’engage pour le 17 décembre. L’habitant prend note et dit que tous seront attentifs au résultat, et que si les travaux n’ont pas pu se faire dans ce délai, ils attendent au moins un courrier d’explication.

MC Garel se tourne vers un certain Alain Lucia ( ?) en précisant qu’il connait bien les dossiers d’urbanisme et qu’il pourra intervenir utilement dans le débat. Cette personne ne s’est finalement pas exprimé.

Enfin la mairie précise que l’éventualité d’un stop rue de Neuilly sera étudiée, qu’un commerce (brasserie, la mairie n’en sait pas plus) va s’installer à l’angle de la rue de la liberté, et que la rue Sadi Carnot et l’avenue G.Clémenceau connaîtront des travaux de rénovation dans les 2 ans.

Mon expérience des conseils de quartier me fait dire que la défection des habitants s’explique par l’entêtement de nos élus à tenir un double langage, à ne pas tenir leur engagements et de ne pas tenir compte des observations ou attentes de la population.

A chaque réunion, la responsable du quartier bat le rappel de ses sympathisants pour palier à l’absence des habitants.

Akim KOCEIR

Président de l’ADIHQ-PMV

 

 

 

 


Conseil de quartier du Plateau-Mont Valérien du 18.11.2010

Thème du conseil de quartier du mt valérien du 18.11.2010 : l’action culturelle sur le quartier et questions libres dans un second temps

 

Peu de personnes présentes ce soir là (une quarantaine ?), mis à part les sympathisants et fonctionnaires de la mairie de la mairie, il y avait une vingtaine d’habitants du quartier.

La soirée commence par une évocation très générale des actions de la municipalité, par la responsable de la culture à la mairie.

Sont évoquées également le fonctionnement des médiathèques et du bibliobus. Enfin, sont présentées des actions très locales, qui peuvent être sollicitées à la demande de quelques habitants, comme les concerts « en appartement » ou les concerts « sur le pallier ». Un de ces concerts « intimistes » a eu lieu à la résidence Jean Moulin en présence d’un journaliste de RFI (sic).

Après cette présentation de l’action culturelle de la ville, une action spécifique a été présentée (sans lien aucun avec le quartier) par un certain Gilles qui travaille notamment à la médiathèque. En se basant sur un des articles de la déclaration des droits de l’homme de l’UNESCO (celle qui concerne la protection et la préservation des biens culturels) des municipalités (dont Nanterre) ont décidé de mettre en œuvre les principes de cet article. Le principe étant d’aller à la rencontre de personnes dépositaire d’une musique, d’un chant ou d’une danse rare (d’un pays étranger), pour les interviewer et archiver ces « biens culturels ». Un étudiant en ethno-musique de l’université Paris X est intervenu pour expliciter concrètement la mise en œuvre de cette action (rencontre des habitants et des artistes). Ces interviews sont archivées sous forme de vidéos, dont quelques extraits ont été montrés (les pérégrinations d’un kabyle, des chinois durant un carnaval,…).

Pour conclure cette première partie de soirée, Marie Claude Garel a demandé aux personnes dans la salle si elles jouaient d’un instrument (!) et a invité toute personne dépositaire d’un savoir culturel de venir le porter à la mairie de quartier (!!).

 

La deuxième partie de soirée était réservée aux questions diverses.

-       Un habitant a évoqué les problèmes des barrières et poteaux installés rue Paul Vaillant Couturier en lien avec le stationnement sauvage et a posé la question du coût de ces installations, puis le problème des dépôts d’ordure rue de la Source, et le problème des installations de Noël (poteaux) qui dérangent à certains endroits, et qui ont été installés sans avertir les habitants et surtout les commerçants.

-       Un habitant du 113-125 rue de Garches a évoqué le problème du nettoyage du local à ordure qui n’a pas été fait régulièrement ces derniers temps.

-       Un habitant du 107 rue de Garches particulièrement remonté, est intervenu longuement, et à plusieurs reprises dans la soirée. Il a dénoncé le réaménagement de la rue. Bien que des travaux de rénovation était nécessaire, ils ont été mal réalisés, et la rue est devenue beaucoup plus dangereuse. La chaussée étant neuve et lisse, les voitures roulent beaucoup plus vite qu’avant. 60 à 70 places de stationnement ont été supprimées. Il ne reste plus que 5 places pour 139 habitations ! Au moins 10 voitures sont stationnées chaque jour sur le trottoir ou les pistes cyclables. Les habitants qui ne peuvent plus se garer dans la rue de Garches se rabattent sur les rues adjacentes (avenue des Chailliers,…) qui étaient déjà saturées, provoquant la colère des habitants de ces rues. Il y a quelques années, quand des places délimitées avaient été installées, il n’y avait pas ces problèmes. Les bus sont contraints d’empiéter sur les pistes cyclables quand ils se croisent d’où un danger permanent  pour les cyclistes. Les pistes cyclables ont été aménagé en dépit du bon sens car elles n’aboutissent sur aucun réseau existant. La rue de Garches a été reprise repensé et réaménagée dans toute sa totalité et la municipalité s’offre le luxe de mal répartir la chaussée entre les quatre roues et les cyclistes, c’est le résultat des réunions « bidon » organisées par la conseillère municipale en charge de notre quartier qui fait mine d’écouter les habitants et déroule sa politique bulldozer. 

L’habitant qui se dit de gauche, présente le tract de Mr Frédéric Lefret en disant que la droite a récupéré le thème des problèmes de stationnement. Parmi ces voisins certains ont lu ce tract et ont dit qu’ils sont tentés de voter à droite ou à l’extrême droite.

Cet habitant a fait passer une pétition parmi les habitants pour demander à la mairie de revoir son projet. Il demande notamment que soient installés des coussins berlinois, que l’on empêche les voitures de se garer sur les trottoirs, et que l’on remette des marquages au sol où les voitures pourront se garer, à la place de la piste cyclable inutile.

-Un autre habitant du quartier enchaine pour dire que le problème de stationnement se retrouve également dans d’autres rues. Dans la rue de Suresnes par exemple, la mairie avait promis 9 places de stationnement le long des trottoirs mais n’en a installé que 4. Le stationnement, notamment le week end et le soir est particulièrement chaotique. Il demande à ce que le problème soit traité dans une réflexion globale sur l’aménagement du quartier.

- Suite à une intervention véhémente d’un habitant sur l’aménagement de la rue des alouettes, et une réponse affligeante de Mme Donzel « il faut accepter le vivre ensemble et les évolutions de son temps… » Marie Claude Garel intervient pour tenter de calmer les esprits et « récupérer » la problématique. Elle promet qu’il y aura, comme annoncé par le maire, une réunion spécifique à la rue des alouettes, et une concertation globale sur l’aménagement des rues du quartier.

- En fin de soirée une dame intervient pour dénoncer les conditions d’organisation par la mairie de la réunion sur le réseau de minibus. Un autocar d’une société privée est venu la chercher et a tenté de trouver difficilement (avec l’aide des passagers) les arrêts prévus sur le parcours. Au total il y avait 3 passagers à l’aller, et 5 au retour pour un autocar. La location d’un grand autocar est assez cher pour si peu de monde (un minibus aurait suffit ?). Enfin, bien qu’elle est une utilisatrice régulière des minibus, elle dit n’avoir rien compris à la réunion organisée par la mairie. La réunion était hors sujet, car elle a traité principalement des autres lignes de bus sur Nanterre et non du réseau des minibus.

- la soirée s’achève vers 23h30, malgré le peu de personnes présentes, les responsables de la mairie ont pu juger du niveau de mécontentement des habitants présents !


L’information et la liberté d’expression à Nanterre

Une production Nanterre Web Tv

Réalisation Gérard DUBOIS

Image de prévisualisation YouTube

 


Conseil de quartier-Mairie annexe PVC-18 Nov. 2010

La culture et l’offre culturelle sur le quartier

Morceaux choisis de l’intervention d’un membre de l’équipe culturelle de la municipalité.

Propos complètement en décalage et éloignés des préoccupations de la population du quartier qui s’est déplacée pour entendre et échanger sur d’autres sujets cruciaux  et urgents au regard des chamboulements dûs à la politique d’aménagement sans concertation de la municipalité.

Image de prévisualisation YouTube


Conseil de quartier-Mairie annexe PVC

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Le 18 novembre se tenait une réunion de quartier présidée par Mme Garel, conseillère municipal.

Le président de l’association de quartier du Plateau-Mont Valérien l’interpelle sur les travaux de la rue des Alouettes. L’échange fut vif !
une production Nanterre Web Tv, réalisation Gérard DUBOIS

Akim KOCEIR


12345

Santé pour tous GHANA |
associationlescoccinelles |
Les interventions musicales... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | AFG Association des Femmes ...
| palestine18
| Le Moulin des Savoirs