Plateau Mont Valerien


  • Accueil
  • > Archives pour septembre 2010

Bétonnage du quartier Le Plateau Mont Valérien

Par Akim KOCEIR

COGEDIM-CITALIS avec la bénédiction de la mairie de Nanterre envisage prochainement de coloniser l’un des rares quartiers pavillonnaires de la ville. Les retombées démographiques sont lourdes de conséquences en matière d’infrastructures scolaires, crèches, et surtout en matière de stationnement en sachant que nos édiles nous promettent la chasse à la voiture en supprimant le stationnement résidentiel à chaque rénovation de rue ( Madame Marie Claude Garel nous a fait la confidence lors d’un conseil de quartier, je n’invente rien, soit dit en passant). Plusieurs résidents de la rue Pasteur se sentent lésés par ce projet monstrueux ( je pèse mes mots), ce projet est une horreur, un monstre (je me répète) qui va écraser par son ampleur tous le voisinage. Démesure, voila le terme qui s’applique à ce projet qu’il faut combattre; il y va de la quiétude de notre environnement mental et visuel. Il est encore temps d’engager un recours contre cette horreur et demander au maitre d’ouvrage de revoir ses ambitions à la baisse.

img00187201009241154.jpgimg00188201009241155.jpgimg00189201009241155.jpgimg00190201009241155.jpgimg0020020100924chemel.jpgimg00199201009241159.jpgimg0020120100924chemel.jpgimg00191201009241155.jpgimg00193201009241156.jpgimg00192201009241156.jpgimg001928201009241158.jpgimg001958201009241157.jpgimg001966201009241158.jpg


Un commerce en sursis, un parmi tant d’autres

Par Akim KOCEIR

Une forêt de potelets verts (qui n’ont rien d’écologiques) est érigée devant ce commerce.

Ce commerçant est harcelé quotidiennement par les services municipaux; il voit plus de voitures municipaux en maraude que de voitures de Police, les agents municipaux l’épient, le surveillent et attendent patiemment qu’il mette la clé sous la porte. La dernière trouvaille qu’ils veulent mettre en exécution, c’est l’érection d’un poteau sur son bateau pour  les futures guirlandes des fêtes de fin d’année. C’est proprement honteux de la part d’une mairie qui se moque de ses administrés de cette façon là..

La mairie fait preuve de cynisme en organisant la fête du commerce de proximité qu’elle s’acharne quotidiennement à détruire… Mr le maire reçoit « les commerçants » le samedi 9 octobre à 19h dans un restaurant de la rue Maurice Thorez; une petite réception, avant la sienne, lui sera faite par notre « comité d’accueil ». A bon entendeur.

img00022201009071220.jpgimg00021201009071220.jpgimg00020201009071218.jpgimg00019201009071218.jpgimg00018201009071218.jpgimg00016201009071156.jpgimg000152010090711563.jpgimg00014201009071155.jpgimg00013201009071155.jpgimg00012201009071155.jpgimg00011201009071155.jpgcetendroitposeproblmelamairie1.jpgimg00183201009231647.jpgimg00186201009231659.jpgimg00185201009231659.jpg


Le commerce de proximité à Nanterre

Par Akim KOCEIR

Commerce de proximité : L’autre visage de la distribution

Depuis son avènement, la grande distribution n’a cessé de croître et de s’étendre en captant de plus en plus de parts de marché au détriment du commerce de proximité. Cependant, il faut reconnaître à ce dernier un rôle social que n’a pas la GMS. Pour relever le défi, le petit commerce, en particulier alimentaire, a misé sur la proximité du consommateur et fait valoir ses arguments… Le commerce de proximité bénéficie d’une excellente image auprès du consommateur, mais curieusement, ce dernier fait ses achats ailleurs… Représentant la forme originelle du commerce, c’est un lieu d’échange et de vie d’un quartier et souvent une alternative à l’absence de commerces de proximité sédentaires dans des endroits difficiles notamment. Mais dans certains cas, on voit des marchés souffrir de la baisse ou de l’irrégularité de fréquentation de la clientèle, entraînant une réduction de l’offre, surtout en semaine.

Les hypermarchés, quarante ans après leur apparition en 1963, poursuivent leur expansion et leur nombre a augmenté de 9% en dix ans. Un défi et une menace pour le petit commerce qui doit aussi faire face aux supérettes venues s’installer en centre-ville. En 2003, l’alimentation spécialisée et l’artisanat commercial représentait environ 15,2% des parts de marché de l’ensemble du commerce de détail et artisanat commercial. Sur la dernière décennie (1993-2003), le commerce de proximité de la viande et du poisson n’a cessé de voir diminuer le nombre de ses établissements : -21% pour la viande, -43% pour la charcuterie et -21% pour le poisson. Ceci s’explique par un déplacement de la consommation de viande et de poisson vers des produits substitutifs (viande et poisson en plats préparés achetés en GMS). La boulangerie et la pâtisserie connaissent des écarts élevés ; la pâtisserie chute de 33% (forte concurrence de la GMS) alors que la boulangerie enregistre une baisse moindre de 6,4% (achats plus limités en GMS). Les secteurs des fruits et légumes et des produits laitiers ont perdu respectivement 23% et 39% de leurs établissements. Si la consommation des fruits (+11%) et des légumes (+6%) progresse, la chute du nombre de magasins s’explique par la concurrence de la GMS (conserves et 4e gamme) ; il en est de même pour les produits laitiers dont la consommation est également en hausse (lait et crèmes +7% ; fromages +11% ; yaourts et desserts lactés +28%).

La situation du commerce de détail est d’autant plus fragile que l’écart prix entre grande distribution et détail est important. Au-delà de 20% voire 25%, le consommateur ne s’adresse plus à ces magasins de quartier! Il doit rester entre 10% et 15% pour que le détaillant puisse « tourner » ; mais, il varie le plus souvent de 10% à 40% selon qu’il a une enseigne ou pas. Pour un même produit, le détaillant paiera toujours 5 à 10% plus cher que la grande distribution, auquel il devra ajouter ses charges. Les avantages du commerce de détail tiennent à la pluralité et la qualité des magasins et des produits, aux relations humaines et à la proximité. La pérennité des commerces sera assurée si l’on parvient à réduire l’écart de prix entre les deux types de distribution car entre temps, la grande distribution a doublé ses marges sur trois ans !   

 Accessibilité, environnement, animations, opérations de fidélisation de la clientèle. Pour cela, les collectivités et les élus locaux en particulier ont l’obligation d’insuffler une dynamique de promotion, d’écoute et d’aides.

La municipalité de Nanterre répond à ces vœux pieux par une politique de la terre brulée.

L’équipe dirigeante actuelle à déclaré la guerre aux petits commerces de quartier en mettant des entraves à l’exercice du métier. Suppressions du stationnement devant les boutiques et autres pharmacies et boulangeries, les potelets fleurissent le long des trottoirs ce qui amène les passagers des véhicules à sortir côté circulation automobile avec tous les risques de se voir percuté par un engin motorisé.

Ce corps de métier qui ne demande rien d’autre que la fin de ces brimades et cet harcèlement injustifié a le sentiment d’être floué et d’être injustement traité par les services de la mairie.

En dehors de ces difficultés érigées par la mairie à l’encontre du petit commerce, le constat est clair et limpide, la mairie favorise l’installation à outrance des grandes enseignes pour faire disparaître les quelques lieux de vie dans les quartiers et livrer ainsi ces derniers à d’autres activités….

 Honte à ces élus qui ne savent peut être pas que derrière chaque commerçant il y a un foyer et une famille à nourrir et pour cela vous ne méritez même pas la considération de vos administrés.

 

 PS: Vous citez fièrement l’offre commerciale du centre ville et son animation mais ce dernier n’est que l’arbre qui cache la forêt. 


Santé pour tous GHANA |
associationlescoccinelles |
Les interventions musicales... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | AFG Association des Femmes ...
| palestine18
| Le Moulin des Savoirs